Imprimer

Vers un nouveau modèle de mobilité intermodale

Une opportunité d’innovation technologique

Il est nécessaire de profiter des atouts de ce territoire pour en faire un démonstrateur d’attractivité et de développement durable au niveau européen, voire international. Sur le plan «voyageur», les caractéristiques du territoire ne permettent pas la mise en oeuvre d’un TGV classique. En effet, la proximité des villes entre elles nécessite un matériel performant et conforme aux objectifs de temps retenus.

Sur le plan «fret», l’aménagement portuaire et les nouveaux matériels roulants offrent des potentiels d’innovation. La R&D s’appuiera sur les pôles de compétitivité - Mov’eo, Nov@Log, I-trans - et les coopérations universitaires interrégionales.

Par sa configuration, le réseau Paris-Normandie doit devenir un véritable laboratoire «grandeur nature» des nouvelles solutions de grande vitesse ferroviaire post-TGV et contribuer ainsi à la compétitivité internationale de l’industrie ferroviaire nationale. Rappelons simplement à ce sujet l’une des recommandations de la mission Bianco sur la création d’un grand pôle public unifié (PPU) qui rassemble RFF et la SNCF : repenser les nouvelles LGV «en proposant une alternative intermédiaire entre la solution TGV et la solution TET (trains d’équilibre du territoire)».

Fret ferroviaire, fret fluvial, trajets quotidiens, déplacements professionnels, tourisme et loisirs, mobilité  électrique (rappelons simplement que la ZOE est assemblée à Flins en Seine-aval) et auto-partage, intégration intermodale des services de transport à l’échelon interrégional à partir du système billettique ATOUMOD développé en Haute-Normandie… : avec la LNPN, le territoire Paris Seine Normandie réunit toutes les conditions pour devenir un exemple de réussite des nouvelles mobilités au plan mondial.

Les 5 atouts du projet de Ligne Nouvelle Paris-Normandie

La future Ligne nouvelle Paris-Normandie (LNPN) présentée par RFF est un projet structurant d’aménagement du territoire, qui permettra :

  • > Le renforcement des échanges entre la Normandie et l'Ile-de-France, et la facilitation des échanges à l'intérieur de ces régions.
  • > Le développement du fret ferroviaire et des grands ports maritimes
  • > Un report modal significatif de la route vers le fer et donc un impact positif sur l'environnement
  • > La promotion d'un nouveau modèle de train entre TGV et TER, à même de créer une nouvelle filière nationale et internationale pour l'industrie du rail
  • > Une prise en compte de l'état des finances publiques, avec un projet réalisable en plusieurs phases.