Imprimer

Une partie importante de la solution aux besoins du fret

port-du-havreEn Normandie comme en Ile-de-France, une forte croissance des emplois dans les activités de logistique et de transformation est possible. Cela suppose que l’ensemble portuaire du Havre et de Rouen conserve son rang au niveau nord européen. Or les porte-conteneurs, dont la capacité excède de plus en plus souvent 10 000 conteneurs, n’escalent que dans les très grands ports, autour desquels s’organisent les chaînes logistiques et industrielles les plus efficaces.

Maintenir les ports attractifs pour les armateurs suppose donc d’agrandir leur aire de diffusion et de collecte et de favoriser les regroupements d’activités logistiques sur des zones qui répondent aux besoins des entreprises et permettent de concentrer les flux à transporter. Dans cette approche, le transport ferroviaire (ainsi que le transport fluvial lorsqu’il existe) a un rôle essentiel à jouer. Il devra permettre des circulations fiables et rapides des trains de fret, en nombre suffisant même aux heures de pointe pour les voyageurs.

Fotolia 38461906 MLes autorités portuaires ont lourdement investi pour permettre les développements souhaités et de fait, les trafics ferroviaires des ports de Rouen et du Havre, dont les trains circulent sur le même réseau, vont connaitre une croissance significative, liée à la demande forte des chargeurs et des logisticiens et à l’existence de nouvelles offres de transport par lots par les nouveaux entrants. Cette croissance du mode ferroviaire conduira à une augmentation du nombre de trains quotidiens sur le réseau de 50 trains, aujourd’hui, à 75 trains à l’horizon de la LNPN (dont 30 trains de conteneurs allongés), en intégrant un meilleur taux de remplissage.

A ce jour, le réseau existant n’offre pas de conditions suffisantes pour la bonne circulation des trains et pour le développement des trafics. Cette situation déjà difficile a tendance à se dégrader.

La modernisation d’un itinéraire alternatif - l’itinéraire Motteville - Serqueux – Gisors - apportera une part importante de la capacité utile pour les trafics havrais, mais ne convient pas pour traiter les trafics rouennais et le solde des trafics havrais qui continueront de passer par Mantes-Rouen. Le projet de ligne nouvelle, en libérant des capacités sur le réseau historique, associé à la modernisation de la ligne Motteville Serqueux – Gisors, offre la garantie que tous les trains pourront à terme circuler dans les conditions requises. La réalisation de la LNPN répond à cet objectif.

Les 5 atouts du projet de Ligne Nouvelle Paris-Normandie

La future Ligne nouvelle Paris-Normandie (LNPN) présentée par RFF est un projet structurant d’aménagement du territoire, qui permettra :

  • > Le renforcement des échanges entre la Normandie et l'Ile-de-France, et la facilitation des échanges à l'intérieur de ces régions.
  • > Le développement du fret ferroviaire et des grands ports maritimes
  • > Un report modal significatif de la route vers le fer et donc un impact positif sur l'environnement
  • > La promotion d'un nouveau modèle de train entre TGV et TER, à même de créer une nouvelle filière nationale et internationale pour l'industrie du rail
  • > Une prise en compte de l'état des finances publiques, avec un projet réalisable en plusieurs phases.