Imprimer

Pas d’amélioration des trains du quotidien sans la LNPN

Les voyageurs normands et franciliens souhaitent obtenir, à court terme, des améliorations significatives de leurs conditions de déplacements sur les lignes, aujourd’hui saturées et peu fiables, du réseau ferré ouest.

Une saturation du réseau irrémédiable en l’état

Fotolia 3501924 MDu fait du développement permanent de l’Ile-de-France, les liaisons ferroviaires entre Paris et la Normandie ont connu une dégradation régulière. La qualité des services ferroviaires n’est plus au rendez-vous, les temps de parcours sont de plus en plus longs et irréguliers.

Le principal problème à résoudre est celui de l’engorgement de l’Ile-de-France, lié à l’existence d’une section à deux voies entre Mantes et Paris Saint-Lazare et à la mixité des trafics banlieue et grandes lignes.

Cette situation en Ile-de-France explique :

  • le faible nombre de fréquences entre Paris et la Normandie et l’impossibilité d’en rajouter, alors que le trafic voyageurs ne cesse d’augmenter d’une année sur l’autre, que ce soit sur les grandes lignes ou les lignes de banlieue. Des villes comme Rouen et Caen sont fortement pénalisées par rapport à d’autres villes françaises, bien mieux desservies ;
  • le manque de fiabilité et de régularité ;
  • une utilisation prédominante de la voiture individuelle.

Des usagers toujours plus nombreux

Fotolia 47399629 MMalgré la dégradation de la qualité de service, les lignes normandes continuent d’attirer de plus en plus de voyageurs et demeurent bénéficiaires, ce qui témoigne de la vitalité des besoins de transport sur ces axes. Le PDG de la SNCF, Guillaume PEPY, a plusieurs fois reconnu l’existence d’un préjudice et d'une "dette" envers la Normandie.

Les études conduites par le maître d’ouvrage dans le cadre du débat public relatif à la LNPN indiquent qu'un peu plus de 20 millions de voyageurs ont emprunté en 2012 les lignes Cherbourg - Paris, Le Havre - Rouen - Paris et Mantes - Paris. A l’horizon 2030, ce nombre s’élèverait à 27 millions de voyageurs annuels et dépasserait même 31 millions en cas de réalisation du projet LNPN.

Il apparaît selon RFF que l’état du réseau actuel ne permettra pas d’accueillir un surcroît important de voyageurs.

Fotolia 47645401 MSans réalisation du projet de LNPN, dans un contexte de dégradation continuelle des services ferroviaires, la mobilisation des usagers des lignes normandes se cristallisera, s’amplifiera et pourrait devenir difficilement gérable.

Sans réalisation du projet LNPN, l’incapacité de l’exploitant à satisfaire la demande croissante des voyageurs se traduira par un système de yield management, autrement dit de gestion de la rareté, avec comme conséquence une augmentation des tarifs aux heures de pointe… sans amélioration de la qualité du service !

Les 5 atouts du projet de Ligne Nouvelle Paris-Normandie

La future Ligne nouvelle Paris-Normandie (LNPN) présentée par RFF est un projet structurant d’aménagement du territoire, qui permettra :

  • > Le renforcement des échanges entre la Normandie et l'Ile-de-France, et la facilitation des échanges à l'intérieur de ces régions.
  • > Le développement du fret ferroviaire et des grands ports maritimes
  • > Un report modal significatif de la route vers le fer et donc un impact positif sur l'environnement
  • > La promotion d'un nouveau modèle de train entre TGV et TER, à même de créer une nouvelle filière nationale et internationale pour l'industrie du rail
  • > Une prise en compte de l'état des finances publiques, avec un projet réalisable en plusieurs phases.